Ukraine – Qui sème le vent récolte la tempête (proverbe)

Posté dans : Éditoriaux 0

ÉDITORIAL,
le 7 mars 2014,

Ukraine – Qui sème le vent récolte la tempête (proverbe)

Celui qui sème le vent récolte la tempête dit le proverbe. Les USA et l’Union Européenne ont poussés depuis plus de trois les fascistes ukrainiens à  créer les conditions d’un putsch à Kiev. Provoquer la Russie était le seul but non avoué pour pousser à terme à la guerre en Europe, les USA ayant besoin de vendre des armes comme en Irak, Afghanistan…

Après les missiles en Géorgie, en Pologne, c’est en Ukraine que l’OTAN américaine a des projets, pour attaquer qui? Si ce n’est la Russie! Rappelons-nous la réaction de Kennedy en 1962 face aux fusées soviétiques à Cuba, les russes ont compris et ils ont évités une guerre mondiale, alors la sagesse de l’Europe serait de rétablir le traité signé avec Président Ianoukovitch et les ministres des affaires étrangères à Kiev, et de respecter le calendrier contractuel.

La Russie depuis plus d’un siècle est notre alliée dans tous les conflits en Europe et dans le monde, alors pourquoi organiser un conflit avec elle. Le contraire eut été de dialoguer avec elle et de faire évoluer ses institutions et rendre l’Europe également compatible avec un rapprochement institutionnel. Mais l’Amérique ne veut pas de la grande Europe avec les russes,  et tout est fait pour organiser les foyers de troubles, par exemple en Serbie, au Kosovo.

Et nos dirigeants socialistes qui marchent derrière l’Amérique, sans en avoir les moyens, quelle honte!!!

Refuser le G8 à Sotchi, c’est un affront fait aux russes mais aussi une faute grave.

Les ingrédients d’une nouvelle guerre sont réunis et il manque le déclencheur.

Les russes auront le sang froid pour éviter l’irréparable, et nous?

De Gaulle était à Moscou en 1944 pour négocier avec Staline et il a négocié un traité où chacun sortait gagnant sans concession.

Poutine n’est pas Staline et nous devons négocier avec lui, il n’y a pas d’autre issue que de préparer les conditions d’une grande Europe avec les russes, c’est aussi la fidélité au Gaullisme.

Alain GUYOT
Conseiller du R.O.U.E.

 

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.