L’impasse Européenne de l’Iran

ÉDITORIAL
le, 20 janvier 2020

 

L’IMPASSE EUROPÉENNE DE L’IRAN

L’impardonnable destruction par un missile iranien, de l’avion civil reliant Téhéran à Kiev et la répression brutale des manifestations contre les conditions précaires d’existence, ne peuvent être occultées, tant elles sont accablantes pour les responsables de ce pays. Il convient, néanmoins, de permettre une vision objective de la situation, à travers la chronologie des faits qui se sont succédés. Dans son déroulement, le rôle, négatif, désastreux, des Etats-Unis, mais aussi, déplorable, de l’Europe, apparaît clairement. Le peuple iranien en aura pâti le premier, par la récession et la répression, sans que les responsables occidentaux s’en soucient, autrement que par le verbe.

Dès qu’elle ne sert pas nos intérêts, l’impartialité passe à la trappe. Prétendre que le monde en regorge, serait faux. Mais l’éloge de nos vertus, démocratie, liberté, équité, vérité, devrait l’imposer. Si l’Iran n’est certes pas exempte de reproches, comme nous l’avons déjà souligné, sachons reconnaître nos propres responsabilités, qui sont lourdes, comme le montre l’enchaînement des évènements qui ont conduit à ce dramatique contexte. Elles sont atterrantes  et mettent en évidence, nos reniements, notre pleutrerie et l’asservissement aux Etats-Unis. La responsabilité de cette tragédie leur revient, car sans raison fondée, l’Iran respectant les termes du traité du 14 juillet 2015, ils dénoncent l’accord. Washington s’engage alors dans une série de sanctions toujours plus étouffantes et qu’elle entend faire respecter par les autres pays, sans aucune considération pour leur souveraineté. Après la signature du Traité, l’Europe aurait dû faire diligence pour épauler le Président Hassan Rohani, qui avait manifesté sa bonne volonté.

L’Europe s’insurge, particulièrement la France, contre cette défection et les décisions coercitives qui suivent. Elle tonne et déclare que des dispositions vont être prises pour suppléer aux conséquences de ces mesures. Un système de contournement va très rapidement voir le jour. La vérité oblige à dire que les déclarations seront les seules réalités. Les faux espoirs donnés à l’Iran, la conduiront dans l’impasse européenne. Né des promesses de l’Union pour prémunir les investissements et les échanges de l’Europe avec l’Iran, le Spécial Purpose Véhicule (SVP), sera déficient. Il en sera de même du système appelé INSTEX (Instrument for Supporting Trade Exchanges), créé le 31 janvier 2019 par la France, l’Angleterre et l’Allemagne (Groupe E3). Il était destiné à contourner les effets désastreux des sanctions imposées à l’Iran par les Etats-Unis. Il devait faciliter les transactions commerciales européennes avec l’Iran, notamment en visant à pallier la carence des intermédiaires financiers ayant recours au dollar avec tous les risques qu’ils encourent. Malheureusement, même dans le domaine humanitaire, notamment la santé, l’INSTEX est demeuré totalement inopérant. En démontrant la stérilité de sa voix et l’infécondité de ses engagements, l’Europe a souillé son honneur. Quant à la cruauté des sanctions américaines, elle a été clairement établie par les décisions prises, à l’unanimité de ses quinze juges, par la Cours Internationale de Justice (CIJ). Elle a, en effet, enjoint à Washington de libérer de toute entrave, les  exportations de produits vitaux, vers l’Iran.

 

En demandant à l’Iran de ne pas sortir du Traité, alors que nous n’avons tenu aucun de nos engagements, nous sombrons dans le cynisme. Les Etats-Unis, l’Europe, peuvent les fouler aux pieds, mais l’Iran doit les respecter. L’appel à la désescalade lancé par la France, n’a de chance d’être entendu, que s’il émane d’une position équilibrée, ce qui est loin d’être avéré. Demander péremptoirement à l’Iran de s’abstenir « de toute mesure d’escalade militaire susceptible d’aggraver encore l’instabilité régionale » juste après un entretien avec le Président Donald Trump, laisse  perplexe. On aurait souhaité que le Président Emmanuel Macron fasse preuve d’autant de fermeté, en l’invitant à adopter la même retenue. Dans ces conditions, comment peut-on reprocher à l’Iran, de reprendre, sans limite, l’enrichissement d’uranium ou s’étonner de voir ce pays riposter aux agressions des Etats-Unis. La France, l’Angleterre, l’Allemagne (Groupe E3 ) auraient dû être fermes et ne pas accepter les diktats d’un Etat qui veut imposer aux autres nations, ses décisions et lois, prises unilatéralement. C’est seulement à ce prix, que l’Iran pouvait accepter de se maintenir dans le cadre de l’accord.

Dernier renoncement. Après l’assassinat du général iranien, Ghassem Soleimani, nous courbons la tête devant le Président Trump et le soutenons, comme si cet acte était naturel, comme s’il ne s’agissait pas, une nouvelle fois, d’une agression illégitime, d’un crime, d’une violation de la souveraineté d’un pays, l’Irak. Il est vrai que l’accoutumance s’est installée, Washington étant routinier de ces faits. Le Président américain est un exemple de contradiction. Il vante le respect de la souveraineté des Etats, qu’il viole en permanence, à l’égal du droit international. Sans état d’âme, il refuse un visa au Ministre des Affaires Etrangères iranien, lui interdisant de siéger à l’ONU, de même qu’il cible des sites culturels de ce pays, alors que les Etats-Unis sont signataire de la Convention de la Haye sur, précisément, la protection des sites culturels. Ce mépris de l’indépendance des autres nations se retrouve dans les propos qu’il tient, lorsqu’il apostrophe l’Irak, concernant la demande de retrait des troupes américaines « Nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vues auparavant ». Il aime également parler de ripostes disproportionnées des Etats-Unis. L’histoire en garde encore, de tragiques et douloureux stigmates, à Nagasaki et Hiroshima. L’inconséquence et le retournement qui font partie de l’ADN des Etats-Unis s’est renforcé avec le Président Trump. Dénonciation des Traités, des accords, sur le climat, le nucléaire iranien, mais arrêtons là, l’énonciation exhaustive des promesses trahies serait trop fastidieuse.

Exaspérée, par la dureté des conditions de vie engendrées par les sanctions américaines, une partie du peuple iranien s’est dressé contre le pouvoir, ce que recherchait le Président Trump, pour justifier une intervention militaire. Mais l’assassinat du général Ghassem Soleimani a contrecarré  cette intention, en ressoudant les différents camps et en réveillant la rancune accumulée contre les Etats-Unis. Le renforcement de l’aile dure du régime en est le résultat, même si l’erreur impardonnable,  provoquée par le drame aérien, fragilise la cohésion. Outre l’intensification des tensions dans la région, la politique des Etats-Unis  nous conduit directement à ce que nous souhaitions éviter, la prolifération des armes nucléaires. Par son impéritie à se démarquer des américains, l’Europe contribue à cette catastrophe. Même si l’Iran n’est pas sans reproche, il convenait de rétablir la vérité, qui dans ce cas, désigne l’occident comme le premier responsable de la situation.

Michel GRIMARD
Président du ROUE

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.