Le temps est venue de renouer la coopération avec la Russie

Posté dans : Articles 0

ARTICLE,
le 17 janvier 2019,

 

LE TEMPS EST VENU DE RENOUER LA COOPÉRATION AVEC LA RUSSIE

Le temps est venu de renouer la coopération avec la Russie. Aujourd’hui, face à des sanctions devenues obsolètes, qui desservent la Russie tout autant que la France ou l’Allemagne, la France doit relancer la coopération économique avec la Russie, au profit du partenariat Euro-Russe. Les extraits, ci-dessous, d’une conférence-débat à laquelle participaient messieurs, Eugène BERG et Jean de GLINIASTY, montrent que l’Occident, dont notamment, l’Union européenne, n’a pas saisi, dès la fin de l’URSS, l’opportunité d’établir de nouveaux rapports, basés sur le respect mutuel. La lecture de ces extraits est un rappel bienvenu.

– Extrait du débat « Comment renouer la coopération avec la Russie »

Alors que les pays européens se sont fait la guerre durant plus de 5 siècles, la Russie n’a participé à ces guerres que depuis 3 siècles. Auparavant, elle avait à résoudre des conflits avec les Suédois, les Mongols, les Tatars, les Turcs.

La Russie, par son extension vers l’est et le sud, s’est agrandie, depuis la frontière européenne en direction du Kamtchatka, débordant même jusqu’en Alaska. Sa surface (la plus grande du monde), ses populations, ses conquêtes, en ont fait un empire, une nation où tous les problèmes sont géopolitiques.

La Russie, en raison de sa géographie, est partie prenante dans la plupart des problèmes de la planète: Europe, Asie, Amérique et même Moyen Orient.

La France n’a pas eu beaucoup de relations avec la Russie, sauf quand elle a eu besoin de trouver des partenaires pour se renforcer comme avant 1914, avec le Tsar Alexandre III. Les Français ont alors redécouverts de la Russie aimait la France.

De Gaulle a su conserver des relations avec l’URSS dans une période de guerre froide. Mais jusqu’à la chute de l’URSS, il n’y a pas eu d’améliorations dans les relations Euro-Russe.

Aujourd’hui, 30 ans après la chute de l’URSS, la France et la Russie ne sont pas parvenus à se comprendre. Les causes d’incompréhension, multiples, ont été attisées parce que, d’une part, l’occident a mis de l’huile sur le feu contre la Russie et que, d’autre part, les USA ont poussé la mise en place de sanctions contre la Russie.

1) D’abord, la France, qui a collectivement rejeté le communisme russe, n’a pas, après la chute de l’URSS, accepté le nouveau régime de la Russie, le considérant comme étant encore communiste.Cette ligne de défense a marqué les élites françaises, de gauche comme de droite, en les poussant dans les bras des USA, tout en les éloignant de la Russie.

2) Pour le gouvernement russe, les élites russes, la fin de l’URSS (de l’empire) n’impliquait pas du tout la fin de la zone d’influence russe. Ainsi à Minsk, à la mort de l’URSS, Eltsine a immédiatement créé la Communauté des États Indépendants (CEI) qui, malgré les processus d’autonomie, d’indépendance et parfois même d’hostilité, n’ont jamais été conçu comme la fin de l’empire russe.

En revanche, de leurs côtés, les occidentaux se sont sentis débarrassés de l’empire soviétique et que cela allait changer les règles du jeu.

3) Pour les occidentaux, la Russie a perdu la guerre froide, pour toutes sortes de raisons (guerre en Afghanistan, manque d’argent, coût de la course aux armements…). Mais, cette analyse est fausse: les russes en ont eu assez fondamentalement du système soviétique (le sentiment global pour les russes, c’est que le système ne marchait pas).

Les russes n’hésitent pas à dire aux occidentaux que si on pensait avoir gagné la guerre froide, ils pouvaient prendre leur revanche!

4) La Russie a considéré qu’elle était redevenue un grand pays capitaliste, chrétien, donc un pays normal et qu’elle avait donc le droit à une place d’honneur au festin des nations occidentales. Elle allait être accueillie à bras ouvert dans le club des nations occidentales!

Mais, compte tenu de sa structure, de son histoire, elle s’est heurtée à tous les pays (de l’ex Europe de l’Est) qui voulait entrer dans l’UE, l’Otan, et prendre une revanche sur la Russie. Du coup, la Russie n’avait pas sa place dans l’UE, même si l’Allemagne et la France ont tenté de l’intégrer dans des espaces de coopération (culturelle, scientifique, économique, politique…).

La Russie n’a pu rentrer que dans le G7 et le G8 et n’a reçu qu’un os à ronger, le conseil Otan/Russie.

Il faut sortir de ses incompréhensions. Il s’agit maintenant de comprendre le caractère normal de la société russe qui a les mêmes préoccupations que la société française: réforme des retraites, question migratoire, natalité… La société russe doit elle aussi, équilibrer les exigences d’un ensemble complexe à celle d’une société moderne en pleine diversification.

Jean DONZEL
Vice-Président du ROUE

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.