L’affaire des sous-marins, les enseignements pour la France

Éditorial,
le 03 octobre 2021

 

L’AFFAIRE DES SOUS-MARINS, LES ENSEIGNEMENTS POUR LA FRANCE

Félonie, hypocrisie, trahison, fourberie, les qualificatifs légitimes ne manquent pas pour qualifier l’attitude inqualifiable des États-Unis, dans ce scandale du siècle, mais aussi celle de l’Australie et du Royaume-Uni-depuis 18 mois- dans cette scabreuse affaire, lequel Royaume-Uni, n’hésite pas quant à lui, à en « rajouter », en parlant toute honte bue, dans le même temps, de « l’amitié indéracinable entre la France et l’Angleterre »!

Il est temps pour la France, comme pour l’Union européenne, soumise que jamais en matière de Défense, d’ouvrir les yeux et d’abandonner tout espoir de relation respectueuse, avec la/les puissances anglo-saxonnes, objectivement déclinantes. S’il est besoin, pour s’en convaincre, regardons la situation des infrastructures au Royaume-Uni et de ses difficultés d’approvisionnement en matière d’énergie fossile. Si la France n’utilisait pas la Présidence prochaine de l’UE, afin de faire entériner par les États Membres de l’Union européenne, l’urgence d’une véritable défense européenne autonome et ne l’obtenait pas, elle devrait alors en tirer toutes les conséquences.

Geindre et déplorer, suppose de ne pas prendre conscience de la dimension du complot et de sa volonté inavouée d’exclure l' »allié français » de toute capacité d’influence de la zone indo-pacifique. Dès lors, la réaction de la France doit être à proportion des dégâts en termes diplomatiques, stratégiques, militaires, économiques et moraux causés délibérément et remémorons-nous aussi, ici, la position inacceptable de la France présidée par François Hollande et offensante à l’égard de la Russie, dans l’affaire des bateaux Mistral!

Avec ou sans l’Europe, elle qui fut si tiède à adopter, bien tard, une attitude de « soutien » à la France face à de telles pratiques, notre nation, seul pays au monde à détenir des territoires sur les 5 continents et le second empire maritime de la planète, doit faire son introspection et réviser radicalement et vite son attitude et ses alliances, respectant ainsi la pensée du Général de Gaulle: « C’est quand on est puissant qu’il faut être magnanime et exigeant quand on est affaibli ».

En effet, si nous ne réagissons pas à proportion de préjudice subi, nous serions et cela se comprendrait, encore plus minorés, ridiculisés, vassalisés.

Aussi, sans trembler de la main, des décisions fortes, sans hésitation, s’imposent-elles, alors qu’à l’évidence nous avons peu d’amis parmi les pays occidentaux; ses décisions doivent se traduire par une révision de nos alliances de long terme, au moment même où la sphère anglo-saxonne avoue sa volonté d’évincer la France du Pacifique, tout en maintenant l’OTAN comme une structure éminemment antirusse, qu’il fut pourtant promis de démonter, lors de l’abandon du Pacte de Varsovie par Moscou:

La France doit dès lors:

-Sortir de l’Otan, de son commandement militaire intégré, comme de sa structure politique; ceci lui permettra d’avoir aussi une liberté d’action à l’égard de la Turquie, état agresseur et irrespectueux du droit international à l’égard de Chypre, depuis 1974 et plus récemment vis-à-vis de la Grèce et de l’Arménie,

-Proposer une alliance structurée, de long terme à la Russie, l’Inde, la Grèce, l’Égypte, divers états d’Amérique latine et quelques autres; l’avenir de l’Europe continentale et si besoin était, de la France seulement en dépend; ceci aurait aussi pour vertu de remettre à leurs juste place et proportion la Pologne et les états baltes, bien plus intéressés par les fonds structurels de l’UE, à nuire systématiquement à la Russie et aux populations russophones présentes sur leurs territoires, que par une défense éminemment européenne et une indépendance à l’égard de Washington. La nouvelle alliance stratégique avec la Russie autorisera naturellement le mouillage et les escales des bateaux militaires russes, dans tous les départements et territoires d’Outre-Mer de la France.

-La France doit aussi renforcer structurellement et sur le long terme, ses alliances militaires, économiques, culturelles avec l’Inde, dans la région indo-pacifique, au vu de l’aide permanente et pour le moins ambigüe apportée par les États-Unis au Pakistan, état obscur par excellence.

-Quant à l’Allemagne, si tiède, au bout d’un certain temps, à nous apporter un soutien parcimonieux dans cette affaire, au demeurant comme la Commission européenne, alors que nous étions par le passé particulièrement ouvert à l’idée d’un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU pour elle, comme pour l’Inde, son attitude nouvelle depuis 2 ans, doit désormais nous mener à une réflexion de fond, sur l’attitude à adopter à son égard. Les Français doivent oublier cette illusion, cette idée de « couple franco-allemand » qui n’existe nullement dans l’esprit germanique et ce, depuis longtemps.

-Utiliser la tribune de l’ONU pour dénoncer le viol de l’accord tacite, entre les 5 puissances militaires nucléaires officielles, d’un refus des transferts de technologies nucléaires vers un autre état, fût-il allié et combattre, freiner délibérément « l’activisme anglo-saxon » effréné dans la région indo-pacifique, tout en rappelant de Jean-Louis Bourlanges que: « La chine n’est pas un ennemi, mais un partenaire ».

– l’Allemagne, qui rechigne à augmenter son budget militaire et si tiède à nous apporter un soutien parcimonieux, tout comme la Commission européenne présidée par Ursula Von der Leyen, alors que nous étions par le passé largement ouvert à l’idée du siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU pour elle « au nom du couple franco-allemand », comme pour l’Inde, son attitude nouvelle et assumée depuis 2 ans, tout cela au nom « de l’intérêt européen » -quelle meilleure façon de s’avancer masquée- doit nous mener à une réflexion de fond désormais , quant à la stratégie à adopter à son égard. Elle semble désormais s’avancer masquée et les récents accords obtenus aux forceps, sur le futur avion de combat européen et le char franco-allemand à venir, le montrent. A l’évidence le Royaume-Uni est le plus faible des 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, ceci économiquement, militairement, puisqu’il n’a aucune souveraineté ni autonomie réelle pour l’utilisation de ses armes atomiques balistiques ou non, nettement moins nombreuses au demeurant que celle de la France; aussi conviendrait-il de suggérer à l’Allemagne de s’adresser au Royaume-Uni, quant à un échange possible entre Européens, du siège permanent du Royaume-Uni, pays affidé plus que tout autre, aux USA. La France ne peut en effet accepter que celle qui fut un temps considérée comme l’héritière naturelle d’Angela Merkel, AKK, se soit autorisée à considérer que la France devrait renoncer définitivement à siège du Parlement européen à Strasbourg, ainsi qu’à son siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, pour que celui-ci revienne à l’Union européenne, alors même qu’il n’existe aucune volonté de défense européenne indépendante chez nos partenaires continentaux, mais bien plus une soumission permanente aux comportement velléitaires de Washington.

La France, au nom des droits de l’homme, du respect du droit et pour préserver son influence pacificatrice et politique dans cette région du monde, doit départementaliser dans de courts délais, la Nouvelle-Calédonie (2 referenda illégitimes, mais de confirmation d’appartenance à la France, suffisent, alors même qu’ils ont été réalisés en violation de son droit !), la Polynésie française, Wallis et Futuna,

Elle doit aussi être intransigeante dans la négociation de justes indemnisations avec l’Australie et bloquer sur le long terme au niveau de l’UE le renouvellement de l’accord commercial avec l’Australie: elle ne doit pas hésiter ici, à créer un rapport de force durable au sein de l’UE. Il lui faut aussi dénoncer l’accord relatif aux migrants clandestins, avec le Royaume-Uni et remettre en cause les accords de défense de Lancaster House tout en surveillant scrupuleusement l’application des accords sur le Brexit. Il lui faut aussi sortir de l’alliance FRANZ (France, Nouvelle-Zélande, Australie dans le Pacifique) arme contre la Chine, dont les Anglo-saxons de la région étaient demandeurs, avant de nous trahir. Elle doit également partager la logique défensive de l’Inde, par rapport au Pakistan et à la Chine, alors qu’elle envisage, après l’achat de nos avions militaires, de nous commander des sous-marins (même à propulsion nucléaire, au vu de la rupture de l’accord tacite entre puissances nucléaires dont nous avons déjà parlé); enfin elle doit unilatéralement accroître de manière substantielle la fiscalité nationale sur les GAFAM, indépendamment de ce que souhaite l’UE. Il n’est peut-être pas inutile non plus de rappeler à nos « amis » britanniques, que Gibraltar reste la dernière colonie subsistant en Europe et qu’il lui revient naturellement de revenir dans le giron de la mère patrie, l’Espagne.

Jean-Jacques GAY
Vice-Président du ROUE

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.