Fossoyeurs de l’Europe

Éditorial,
le 23 juin 2020

FOSSOYEURS DE L’EUROPE

Évitons de nous laisser abuser, les fossoyeurs de l’Europe ne sont pas forcément ceux auxquels nous pensons, et que l’opinion identifie généralement aux souverainistes. Ils arborent, au contraire, le drapeau européen, symbole de leur fidélité à l’Union. Les détracteurs officiels de l’Europe, les patriotes intransigeants qui la rejettent et pestent sur toutes ses réalisations, ne sont pas, malgré leur extrémisme, les plus dangereux. Certes,  ils ignorent volontairement l’apport positif de l’Union, au premier plan, les 78 ans de paix sur notre continent, mais aussi l’euro, deuxième monnaie de réserve au monde, la liberté de circulation entre les nations, le programme Erasmus pour les étudiants, enfin d’importantes réussites scientifiques et stratégiques comme GALILEO. Toutefois, leurs certitudes vacillent parfois sur des points essentiels au refus de l’Europe, à l’instar de la monnaie unique, l’euro, ce renégat. Ces opposants, identifiés, recèlent  moins de dangerosité que les pro-européens fourvoyés.

Comme le disait le Général DE GAULLE, ils ne cessent de crier l’Europe, l’Europe, l’Europe, mais ils ne la conçoivent que vassale des Etats-Unis. Leur vision associe dans un intérêt commun, la politique, économique, financière, extérieure et de défense. Or, loin de converger, elles divergent plus encore avec l’American First. En présentant une Europe soumise, sans personnalité, ni intérêt propre, ces européens, spécieux, favorisent les souverainistes, et deviennent indirectement leur meilleur allié. Trop nombreuses sont les personnalités et les nations prétendues pro européennes, qui par leurs actes concrets ou les idées qu’elles développent  pervertissent la construction européenne. Elles lui hôte la possibilité de se doter des attributs qui siéent à une véritable puissance. On trouve des pays qui n’appliquent pas la préférence communautaire, même dans un domaine aussi essentiel que la défense et qui privilégient les Etats-Unis pour acquérir du matériel militaire. On voit des personnalités, tel monsieur Phil Hogan, commissaire européen au commerce, qui prône une Union européenne ouverte sur le monde, autant dire, suivant sa conception, aux quatre vents. C’est ainsi, qu’au nom de cette ouverture, quasiment sans contrainte, l’agriculture française, se trouve livrée à la loi du marché et à une concurrence féroce.

Favoriser les investissements étrangers, certainement, mais avec discernement, car les exemples récents sont loin d’être convaincants. La protection de domaines stratégiques est également une exigence. L’angle de 180° n’est pas la base idéale pour concevoir l’Europe. Face à l’épidémie du coronas virus, elle s’est trouvée démunie, incapable de disposer des moyens lui permettant de réagir vigoureusement et rapidement. Il lui manque la vision que seule une conscience européenne, peut lui donner. Cette volonté, de négoce débridé, portée par le commissaire Phil Hogan est dangereuse ; elle nuit à la protection de l’Europe. Ces accords de Libre échanges, nivellent par le bas les normes européennes et amenuisent les restrictions sur les OGM, abaissant la qualité des produits. Le dernier accord, Union européenne-Mexique, permet l’entrée de viandes bovines jusque-là interdites, pour des raisons sanitaires. Les principes sécuritaires sur les denrées entrant en Europe, insérés dans les Traités ne suffisent pas à rassurer. Ces conventions sont globalement néfastes à l’Europe, particulièrement à l’agriculture, mais à bien d’autres secteurs également. Le ver est dans le fruit. Rien de mieux pour éloigner un peu plus les citoyens des pays européens, d’une Union qui prétend les protéger.

L’écologie est portée aux nues, mais on accepte des produits nocifs à sa sauvegarde. On souhaite une agriculture biologique, mais on la déstabilise. Le pire aurait-été l’approbation du Traité Transatlantique, fort heureusement abandonné sous la pression de l’opinion, à la fois, pour son contenu et l’herméticité des discussions de la Commission et du Parlement européen. Négocié dans la pénombre au mépris de toute transparence, les turpitudes du fonctionnement des institutions européennes, ont provoqué une profonde répulsion et une défiance accrue des citoyens. Malheureusement, d’autres initiatives prennent la relève. Accord avec, le Canada CETA, l’Amérique du Sud Mercosur, le Vietnam. Si le commerce mondial a besoin de règles, pour assurer des conditions loyales de concurrence, alors l’OMC devrait éviter d’accueillir en son sein des pays qui les transgressent. Conformément au protocole signé lors de son entrée dans l’OMC en 2001, la Chine a bénéficié du statut d’économie de marché en 2016. Or, chacun sait qu’il ne régit pas ce pays. La prétendue transformation de ses structures économiques est un leurre.

Loin de favoriser l’optimisation de l’industrie européenne, l’Union la freine par des lois de protection de la concurrence tellement rigides, qu’elles sont d’une stupidité abyssale. Le refus de la fusion Alsthom-Siemens nous a privés d’un champion européen, face aux géants ferroviaires dans le monde, dont l’un des plus grands, la Chine. Cette disposition inepte, doit-être revue. Enfin, que penser de l’inconséquente Pologne qui achète pour des milliards de matériel militaire américain, tout en exprimant haut et fort qu’elle souhaite participer au développement d’une industrie militaire européenne. Faut-il lui rappeler, non seulement, qu’elle peut, mais devrait déjà se fournir en Europe. Tous ces comportements, ces attitudes, ces agissements, sont le terreau ou fermente la détestation de l’Union européenne. Infirmons la configuration des oppositions stratégiques qui est imposée à l’Europe, au nom d’un abusif destin commun. Souder dans un même combat contre la Chine, les Etats-Unis et notre continent, autrement dit, l’occident contre Pékin, est impropre. La primauté des intérêts américains, réaffirmée par le Président Donald Trump, montre l’ambiguïté d’un tel concept. Quand monsieur Phil Hogan pense que nous allons pouvoir nous entendre avec les Etats-Unis pour éviter une guerre commerciale, sans doute peu souhaitable, il oublie que ce pays nous impose ses lois extraterritoriales, sans que nous soyons capables de réagir.

L’égalité entre les Etats-Unis et l’Europe demeure aujourd’hui un mirage. La vérité ne repose pas sur deux entités, mais sur trois puissances distinctes, l’Europe, les Etats-Unis et la Chine, qui disposent chacune de leurs propres atouts. Pour affirmer sa personnalité, l’Union européenne doit pratiquer une politique d’équidistance à l’égard des Etats-Unis et de la Chine. Une refonte de son positionnement, afin d’auto-satisfaire à ses besoins essentiels dans les domaines, industriels, financiers et militaires est impérative. La maitrise de son destin est à ce prix. Les chantres, d’une ouverture quasi intégrale, devraient s’interroger lorsqu’ils entendent le président de l’UIMM, fervent capitaliste, solliciter des protections pour l’Europe, en réclamant un bouclier douanier à ses frontières. Le déplacement du centre de la croissance, aujourd’hui européen, vers d’autres régions du monde, marginalisera, d’après eux, notre continent. Cela pourrait-être d’autant plus vrai, s’ils continuent à le déstructurer. Une coopération toujours plus interactive, avec la Russie, participerait efficacement à inverser cette funeste prédiction.

Michel GRIMARD
Président du ROUE

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.