COVID-19, impardonnable gestion actuelle des autorités Française

Éditorial
Le, 04 avril 2020

COVID-19, IMPARDONNABLE GESTION ACTUELLE DES AUTORITÉS FRANÇAISE

Le confinement auquel nous sommes contraints depuis des semaines et qui perdurera, résulte d’une impréparation patente de l’impuissance publique. Nous respectons et respecterons certes les consignes d’isolement, mais il nous faut néanmoins dénoncer les faits, afin qu’à l’avenir, l’on puisse espérer qu’ils ne se reproduisent pas et que les responsabilités soient établies:

À l’échelon national,

– Refus du dépistage de masse, systématique, ce qui a eu pour effet l’impossibilité d’un vrai suivi des personnes contaminées,

– Refus et impossibilité d’une généralisation du port du masque, ce qui a imposé mécaniquement le confinement général de la population, contrairement à la Suède et à la différence des Taïwanais, Japonais et Sud-Coréens, dont les autorités respectives ont fait preuve d’une grande responsabilité et non d’amateurisme et dans lesquels l’idée de Nation, de conscience nationale et du sens de l’utilité commune perdurent. Rappelons ici, que les experts chinois considèrent que ce fut la grande erreur des pays occidentaux que de refuser le port obligatoire du masque.

– Refus massif dans les “territoires perdus de la république”, très largement de la part des populations émigrées d’origines non européennes, d’appliquer les consignes et plus généralement d’accepter le confinement : – Ceci aura donc pour effet de relancer très vraisemblablement la pandémie, au moment où les signes de maîtrise et de régression de celle-ci apparaîtront,

– Complicité patente, teintée de racisme anti-blanc, de la part de la porte-parole du gouvernement français, lorsque celle-ci déclare : “Je ne veux pas que l’on commence à dire que c’est parce que ce sont les banlieues, avec des populations de telle ou telle origine, que les gens ne respectent pas les règles”. Mais elle lit aussi désormais dans nos pensées, lorsqu’elle précise: “Je vois bien le relent qui va très, très vite arriver. Je vois les dérapages de certains”.

– Refus démagogique de fermeture des frontières, contrairement aux pays voisins et ce, par préjugé idéologique européiste, mondialiste et tiers-mondiste, contrairement à nos “voisins européens” et qui aura des conséquences dramatiques et à estimer sur la population française,

– Mais aussi l’inacceptable procès fait au professeur Raoult et son équipe, par une technostructure aseptisée, mondialisée, insensible et furieuse de s’être fourvoyée, s’appuyant sur les médias soumis et leurs rabatteurs, comme Mr Cohn-Bendit, osant insulter ce grand professeur de renommée mondiale.

– Enfin jamais dans les jours sombres que nous connaissons, la famille n’est apparue pour ce qu’elle a toujours été, le dernier rempart; ainsi donc le “monde de demain” apparait dans sa désuétude et son ineptie, alors que le “monde hier” se réapproprie le présent et le futur.

Au niveau européen, quelques constats s’imposent aussi :

– La France est le seul pays au monde qui aura jusqu’au bout et jusqu’à l’absurde, refusé de rétablir ses frontières, au nom du refus du “repli nationaliste”, pour reprendre l’expression du Président de la République, alors que dans le même temps, les États membres de l’Union européenne fermaient les leurs, par bon sens et que l’impuissance de la Commission européenne explosait au grand jour, ceci, sur un fond de gestion des flux migratoires de réfugiés, largement dépendant du chantage exercé par Monsieur Erdogan,

– La devise de l’Union européenne, “Unis dans la diversité” a montré son impuissance et son inexistence dans les faits. Dès le début, les institutions européennes sont passées sous le tapis et ce sont les États qui ont repris à leur compte, les leviers permettant d’endiguer le virus. “Ce qu’une nation ne fait pas pour elle-même, personne ne le fera jamais à sa place” disait Charles masqua. Les États membres ont choisi le chacun pour soi, alors que la France, dans son inanité, décrétait bien en retard, un confinement total, en gardant en réalité, ses frontières ouvertes, en cherchant à gérer les stocks, sans chercher à gérer les flux,

– Le chacun pour soi a prévalu en Europe, les critères de Maastricht ont explosé et la question qui est désormais à l’ordre du jour, c’est de réfléchir à l’organisation d’autre chose, c’est-à-dire un concert des nations. Avec le corona virus, l’organisation de Bruxelles est devenue un cauchemar, il n’y a à l’évidence pas de souveraineté européenne, c’était une vue de l’esprit.

Vice-Président du ROUE
Jean-Jacques GAY

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.