Brexit … Lorsque Cameron et les Anglais récidivent

COMMUNIQUÉ,
le 18 février 2016,

BREXIT …
LORSQUE CAMERON ET LES ANGLAIS RÉCIDIVENT

Dès les négociations d’adhésion du Royaume Uni à la C.E.E., en 1970, ce dernier a posé ses conditions portant notamment sur la contribution britannique à la politique agricole commune et le rôle international de la Livre.
En 1974, Le R.U. organise un référendum portant sur la sortie du R.U. de la C.E.E. et a créé des difficultés post-adhésion lors du renouvellement de la convention A.C.P. (Afrique, Caraïbe, Pacifique) futur Lomé.
En 1979 le R.U. refuse d’entrer dans le S.ME.
En 1984, la célèbre phrase de Mme Thatcher, “I want my money back” conduit à la réduction de la contribution du R.U. au budget européen et sa permanence au travers du “chèque britannique” de plus en plus contesté en Europe.
En 1992, c’est un non à la monnaie unique.
En 2011, Cameron obtient une clause d’exception pour le secteur financier.
Aujourd’hui, Cameron soumet la sortie du R.U. de l’U.E. à référendum s’il n’obtient pas une nouvelle clause d’exception supprimant les charges sociales dont les travailleurs européens jouissent au R.U., garantissant de ne pas toucher à la City et supprimant l’inflation législative et réglementaire de la Commission Européenne.
Encore une fois, tout porte à croire que les européens plieront devant les exigences britanniques (voir les propos de Donald Tusk Président européen) !

Ceci n’est plus admissible!

Il faut modifier le logiciel européen:
– soit toutes les mesures appliquées au R.U. sont applicables à tous les pays européens, selon un principe d’égalité entre tous les citoyens européens,
– soit il faut supprimer toutes les ristournes, avantages, règlementations qui font du R.U. des Européens de 1ère classe bénéficiant de tous les avantages sans avoir d’inconvénient.

Si d’aventure, une autre solution était proposée par le Conseil européen, le R.O.U.E lancera alors une pétition à l’échelle européenne demandant une procédure d’invalidation.

Le bureau National du R.O.U.E.

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.