François FILLON, souverainiste, européen et russophile

Accueil  »  Accueil  »  François FILLON, souverainiste, européen et russophile
Nov 30, 2016 Commentaires fermés sur François FILLON, souverainiste, européen et russophile giulietta

ÉDITORIAL,
le 30 novembre 2016,

FRANÇOIS FILLON, SOUVERAINISTE, EUROPÉEN ET RUSSOPHILE

Le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle de 2017 s’est posé en défenseur de la souveraineté d’une France rétablie, retrouvant sa force, sa vitalité et son énergie par une politique de réformes économiques et sociales vigoureuses et radicales, tout en souhaitant un rapprochement fort et légitime avec la Russie de Vladimir POUTINE, une lutte acharnée contre l’islamisme, voire l’islamisation accélérée de la France et le souhait de limiter les compétences de la Commission européenne. Il prône aussi une intégration européenne plus forte dans certains domaines.

Parmi celles-ci, le futur candidat à la Présidentielle, propose des mesures jugées fédéralistes, par certains, comme la mutualisation de la dette; François FILLON souhaite aussi achever la convergence fiscale et créer à terme un « trésor européen avec une mise en commun des dettes », une proposition à laquelle l’Allemagne est pour l’heure opposée.

La mutualisation de la dette, aurait pour vertu de réduire sensiblement la fragilité de la France, eu égard au niveau abyssal de sa dette. Si dans son programme de campagne, François FILLON défend l’idée d’une « France souveraine dans une Europe respectueuse des nations, », ce qui semble être de plus en plus le souhait des peuples européens, à l’est comme à l’ouest, il ne remet nullement en cause l’appartenance du pays à cette communauté de destin qu’est l’Europe, mais veut faire fonctionner le principe de subsidiarité, ce qui est fondamentalement contraire au positionnement des partis dits « populistes ».

« Nous ne serons jamais un État fédéral. Nous sommes trop différents pour y parvenir. Et ce serait, au demeurant, un contresens historique, car plus les nations sont bridées, plus les nationalismes sont agressifs » a déclaré Fillon lors d’un discours à l’Assemblée nationale après le Brexit. Cette conviction  d’essence gaullienne, ne saurait choquer que ceux qui n’ont tiré aucune leçon du mouvement dextrogine général, enclenché depuis les années 2000/2010 sur tout le continent européen et dont les dernières expressions démocratiques viennent d’être constatés avec le BREXIT au Royaume-Uni et l’élection de Donald TRUMP, aux USA. Au grand dam de la Doxa, de la pensée officielle, incapables de se remettre en cause, ici comme outre-Atlantique, Il semblerait que les Peuples soient de retour!

La victoire par KO de François FILLION contre Alain JUPPE, exprime ce mouvement de fond. L’aveuglement des sondages est désormais arrêté par l’instinct des peuples et des nations, qui ne veulent pas mourir.

Une restriction des pouvoirs des institutions européennes
Plusieurs aspects du programme de François Fillon l’est peuvent être vus comme souverainiste. Ainsi l’Union européenne devrait-elle se concentrer son action sur quelques domaines bien définis, moins nombreux qu’aujourd’hui et cette idée devrait se traduire par une réduction du pouvoir de la Commission européenne  « à seulement quelques domaines fondamentaux », le reste revenant de fait aux États membres.

Autre proposition, qui certes, n’est pas reprise dans le programme officiel du candidat, c’est sa volonté  de réformer de la Cour européenne des droits de l’homme. Très souvent les décisions de cette institution s’apparentent en effet à une évidente forme d’ingérence dans les choix politiques français,  notamment sur des sujets de société, comme par exemple la gestation pour autrui. François Fillon appelle donc à une réforme de la CEDH (1), voire à une sortie en cas de refus de la part des partenaires européens. Cette hypothétique sortie de la France de la CEDH, on l’oublie trop souvent,  se traduirait immédiatement par un effondrement de l’influence de la Cour.

La zone Euro
D’autre part, le candidat de la Droite est du Centre prône un renforcement de la zone Euro, ce qui est une bonne chose, en ces temps incertains et d’une manière générale et réaliste ses propositions  plaident pour un renforcement de l’Union européenne dans les disciplines concrètes (économie,  monnaie, concurrence, etc.) et sur le front de la gouvernance économique, ses propositions se rapprochent davantage d’une sorte de fédéralisme européen, avec la volonté de doter la zone euro « d’un directoire politique, composé des chefs de gouvernement ».

Tout en se voulant très ferme en matière d’immigration non européenne, il propose néanmoins une harmonisation des règles d’accueil avec la « création d’un droit d’asile européen », mais aussi une multiplication par trois du budget de  l’agence européenne de protection des frontières, Frontex, afin que celle-ci devienne plus efficace.

De la France, de la Russie,.de l’Europe
Clairement François FILLON propose  un nouveau partenariat commercial EU/Russie et s’oppose à l’embargo mis en place par les pays européens contre le pays de Vladimir POUTINE, lequel va à l’encontre des intérêts économiques et agricoles notamment de la France. Sa pensée profonde est vraisemblablement favorable à un monde multipolaire, plus équilibré, et que – le BREXIT renforçant cette tendance lourde qui progresse ne Europe- l’urgence est désormais à une « continentalisation renforcée de l’Europe » tant en terme de politique de défense, que de défis mortels que représentent une démographie européenne sinistrée et la déclaration de guerre de l’islamisme. l’Allemagne, la Russie et la France, doivent se recentrer sur l’essentiel. Quant à la Turquie elle n’a nullement vocation à devenir membre de l’Union européenne.

FILLON le souverainiste ? L’européen ? Le russophile? Et si c’était cela tout à la fois, un « homme d’ici» et de demain, un homme ancré dans sa terre et la modernité? Et si l’élection de ce candidat représentait une formidable opportunité de réaffirmation des valeurs européennes transcendantes à nos peuples, mais aussi une vision gaullienne de la politique étrangère et de défense, qui a trop fait défaut depuis 40 ans ?

« Il convient d’avoir la politique de sa géographie » Charles de GAULLE.
Jean-Jacques GAY
Vice-Président du R.O.U.E

(1) La Cour Européenne des Droits de l’Homme

 

Réagir sur cet article, cliquez ici
Une réponse vous sera transmise dans les meilleurs délais.